Vidéoclip versus œuvre chorégraphique : place au débat!

Contexte
Dans un environnement où le nombre d’heures passées devant tous les types d’écrans approche le nombre d’heures passées en classe, il n’est pas surprenant que les héros des élèves trouvent bel et bien leur place dans les médias. Depuis les vingt dernières années, l’engouement des jeunes générations pour les vidéoclips contribue à conférer à la danse, admettons-le, un caractère plus « vendeur » qu’artistique. On y exploite surtout la danse comme un instrument permettant de séduire, de suggérer, voire de provoquer.

Ce type de production médiatique contribue-t-il vraiment à créer des modèles à suivre? Qui sont ces danseurs de vidéoclips dont on ne connaît pas les noms, mais qu’on se plaît à imiter impeccablement devant le miroir? Qu’ont-ils à nous raconter à travers leurs exploits gestuels? Font-ils figure de héros ou d’idoles dans la tête et le corps des jeunes? L’occasion est parfaite pour comparer leur contribution artistique avec celle des Isadora Duncan, Merce Cunningham ou Marie Chouinard, qui, eux aussi, ont provoqué, bousculé les règles établies, à la différence toutefois qu’ils se sont faits précurseurs de courants artistiques et que leur œuvre chorégraphique continue à être dansée et étudiée à travers le monde. Place au débat!

Déroulement
D’entrée de jeu, l’enseignant propose à l’élève de visionner deux danses dont la nature et les fonctions sont diamétralement opposées. Il s’agit de comparer une chorégraphie tirée d’un vidéoclip populaire, de la chanteuse Rihanna par exemple, avec un second extrait issu du répertoire d’œuvres chorégraphiques reconnu du monde de la danse. Ce dernier extrait doit être choisi par l’enseignant pour son apport artistique et esthétique singulier, qui s’inscrit dans le parcours d’évolution de la discipline artistique. L’œuvre Body Remix de la chorégraphe québécoise Marie Chouinard se prête bien à ce genre d’exercice. Ce face-à-face chorégraphique vise à aider l’élève à mobiliser la compétence Apprécier des danses ainsi que la compétence transversale Exercer son jugement critique

Avant le visionnage des extraits, l’enseignant demande au jeune de nommer les danseurs à qui il voue une grande admiration et le questionne sur les raisons qui motivent son attrait ou sa fascination pour ces personnages. L’élève tente de nommer les particularités et les qualités qui se dégagent de leurs danses : la passion, l’énergie déployée, la relation étroite entre la musique et la danse, la virtuosité des danseurs, etc. Autrement dit, pourquoi ces danses le séduisent-elles?

À partir des extraits sélectionnés, l’enseignant aide l’élève à identifier d’abord les éléments de la gestuelle ou de la composition chorégraphique qui ont contribué à faire du chorégraphe ou de l’interprète un personnage légendaire. En resituant l’œuvre dans son contexte sociohistorique et artistique, il est possible de saisir les raisons qui ont amené les personnages à se positionner comme des « héros » de l’histoire de la danse. Puis, la même analyse se poursuit du côté du vidéoclip. Que traduisent les choix gestuels ou chorégraphiques des auteurs des danses qui y sont présentées? Quelles différences faire entre ces deux modèles d’expression? 

La confrontation des rôles associés au héros et à l’idole s’avère une piste pertinente pour encourager l’élève à regarder d’une manière plus critique les images médiatisées qui lui sont proposées. Les chorégraphes et les interprètes des vidéoclips sont-ils des héros ou des idoles? Sont-ils le fruit d’une mode passagère et « commerciale » qui séduit le temps de le dire ou des artistes originaux qui agissent en tant que précurseurs d’idées puis de courants esthétiques? La question de pérennité des traces laissées par des individus dans un champ d’activité humaine, où la création est le moteur de l’existence, doit être soulevée lors du débat qui succède à l’appréciation des deux danses. Ce débat vise à nourrir une courte production écrite dans laquelle l’élève a à présenter un personnage de la danse en décrivant les caractéristiques qui font de lui ou d’elle un modèle à suivre.

Intégration des apprentissages culturels
En découvrant des artistes de la danse qui ont influencé le cours de l’histoire par leur vision ou leurs idées singulières, en plus de faire partie du paysage chorégraphique professionnel, l’élève s’ouvre à des repères culturels autres que ceux qui gravitent dans sa culture « adolescente ». Il peut ainsi juger, de manière plus nuancée et éclairée, la valeur des idées transmises dans les médias de masse et mieux comprendre l’importance du rôle des artistes dans la société.