Un brin de vraisemblance mathématique

Contexte
Personnages réels ou fictifs, les héros influencent nos vies, nos choix, nos valeurs. Dans les bandes dessinées, les lecteurs aiment s’identifier aux héros, par exemple Lucky Luke, Mafalda ou Les nombrils, une réalisation québécoise.

Sorti de l’imaginaire d’Hergé, le reporter Tintin est une source d’inspiration incontestable pour plusieurs générations de lecteurs. Les aventures de Tintin illustrent la persévérance, le courage, le dépassement, le génie et l’altruisme. Toujours bien documenté, Hergé, bien que n’étant pas un scientifique, fait souvent référence à la chimie, à la physique ou à la mathématique. Cependant, même si parfois les expériences ou les commentaires du professeur Tournesol semblent farfelus, ils peuvent, à certaines occasions, servir de tremplin pour l’étude de véritables concepts scientifiques.

Déroulement
Dans Objectif Lune et On a marché sur la Lune, Hergé donne de nombreuses indications relatives à l’horaire et à la position de la fusée lunaire. Par exemple, dans On a marché sur la Lune, on apprend que la fusée est partie depuis 30 minutes, qu’elle est à 8 000 kilomètres de la Terre et qu’elle se déplace à 11 kilomètres par seconde. En utilisant quelques formules de cinématique[1], l’élève peut déployer un raisonnement mathématique pour déterminer la position ou la vitesse de la fusée lunaire à des moments précis de l’aventure de Tintin et de ses compagnons. Ainsi, il peut vérifier la cohérence et le réalisme des indications données par Hergé au cours de cette aventure.

Intégration des apprentissages culturels
En prenant part à cette activité, l’élève peut constater que les aventures, parfois rocambolesques, des héros de bandes dessinées ne sont pas dénuées de cohérence et de réalisme. Il peut être amené à se questionner sur la vraisemblance des actions de ses héros et sur la possibilité de s’en inspirer pour ses propres actions.

[1]  Soit x = ½ at2; v = at; x = ½ a1t2 + v0t; v = a1t + v0, où x est la position en mètres, v est la vitesse en mètres par seconde (m/s), t est le temps en secondes, a est l’accélération en mètres par seconde (m/s2) donnée par le moteur auxiliaire de la fusée (on peut l’estimer à 20 m/s2), a1 est l’accélération en mètres par seconde par seconde (m/s2) donnée par le moteur atomique de la fusée (on peut l’estimer à 6 m/s2) et v0 est la vitesse de la fusée au temps t = 0. On trouve ces formules et d’autres précisions dans l’édition spéciale du magazine Science et vie, édition spéciale intitulée, Tintin chez les savants.