Le temps d’une paix

Contexte
Qu’est-ce qui nous fait dire qu’une personne est un héros? De manière traditionnelle, force et courage sont à la base de la définition du héros. Mais que dire des personnes qui prennent position, s’investissent dans une cause ou sont des instigateurs de changements, devenant ainsi dignes de l’estime publique?

Ces héros cherchent des solutions à des situations d’injustice, de discrimination, de pauvreté, d’inégalité, de souffrance. C’est le cas de Martin Luther King[1] et de Rigoberta Menchu[2]. Et que dire de Louise Arbour[3] ou de Muhammad Yunus[4]?

Déroulement
Qu’ont en commun tous ces personnages? Ils ont agi pour le bien des autres. Ils ont aussi accompli des actions qui sont reconnues à l’échelle internationale. En effet, ils ont pour la plupart reçu un prix Nobel de la paix, cette distinction qui souligne l’apport de personnes cultivant une passion pour le respect de la dignité humaine.

Pour certains des héros mentionnés, ce sont leurs convictions religieuses qui les ont menés vers des réalisations importantes. Comment la tradition religieuse à laquelle le dalaï-lama[5] et Henri Dunant[6] se réfèrent a-t-elle été à la source de leurs œuvres? Quelles valeurs ces personnes ont-elles puisées dans leur tradition religieuse? Qu’est-ce que mère Teresa[7] nous a fait connaître du christianisme? Quelle dimension de leur religion ou de leur conception du monde et de l’être humain ces héros nous font-ils découvrir?

En élaborant une ligne du temps sur laquelle il situe des héros de la paix animés par leurs convictions religieuses, l’élève explore des aspects de certaines religions qui ont soutenu et inspiré des œuvres de gens admirables.

Intégration des apprentissages culturels
Connaître des héros de la paix animés par des convictions religieuses permet à l’élève de prendre conscience que les religions proposent des valeurs et des normes qui concernent les comportements et les attitudes à adopter envers soi-même et autrui pour favoriser le vivre-ensemble. L’élève peut compléter sa ligne du temps en ajoutant d’autres héros issus de sa culture immédiate, tels que Gilles Kègle, le père Pops ou le général Dallaire. Il découvre ainsi des personnes qui présentent, chacune à leur manière, une facette de leur tradition religieuse.

[1] Lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non violente contre la ségrégation raciale et en faveur des droits civils.
[2] Lauréate du prix Nobel de la paix en 1992 pour sa campagne en faveur des droits de l’homme, plus particulièrement son soutien aux populations autochtones du Guatemala.
[3] Juge canadienne qui occupait, jusqu’au 30 juin 2008, le poste de haut-commissaire aux droits de l’homme à l’Organisation des Nations Unies (ONU).
[4] Lauréat, avec la Grameen Bank, du prix Nobel de la paix en 2006 pour les efforts qu’il a consacrés à promouvoir le développement économique et social à partir de la base et le développement du micro-crédit.
[5] Dirigeant temporel et spirituel du Tibet, lauréat du prix Nobel de la paix en 1989 pour sa lutte non  violente pour la libération du Tibet, basée sur la tolérance et le respect mutuel.
[6] Lauréat du prix Nobel de la paix en 1901 comme fondateur du mouvement de la Croix-Rouge internationale.
[7] Lauréate du prix Nobel de la paix en 1989 pour son action au service des « plus pauvres parmi les pauvres » en Inde.