J’admire un peu, beaucoup, passionnément…

Contexte
Avons-nous perdu les héros de notre enfance? Au fil des ans, d’une génération à l’autre, la conception du héros s’est transformée et diversifiée. Aujourd’hui, les médias jouent un rôle primordial dans le passage de l’anonymat à la célébrité. Dans ce monde de plus en plus médiatisé, le héros n’est-il plus qu’une idole éphémère? Le héros a-t-il besoin d’être reconnu par les médias pour être une source d’inspiration?

Dans une époque marquée par l’individualisme, où le site Web d’hébergement de vidéos YouTube et les blogues personnels font notamment partie des modes d’expression courants, on peut se demander si les gestes d’héroïsme ou d’altruisme ont encore leur place. Si le héros et l’idole représentent des modèles pour les jeunes, quels sont les critères qui motivent ces choix? Dans cet univers foisonnant de personnages, comment les jeunes s’y retrouvent-ils?

Aperçu du projet
La réflexion sur la réalité du héros et de l’idole sert de trame de fond pour amener l’élève à participer à un projet interdisciplinaire qui fait intervenir l’anglais comme langue seconde, l’art dramatique et les arts plastiques. Ce projet réalisé en équipe amène l’élève à :

– Produire des textes et de courtes œuvres dramatiques intégrant des projections réalisées en arts plastiques.
– Développer les compétences relatives aux disciplines concernées et mobiliser le contenu de formation qui y est associé.
– Documenter son cheminement relatif au projet (recherches, réflexions, croquis, etc.) dans un outil de consignation.
– Enrichir les compétences transversales Coopérer et Mettre en œuvre sa pensée créatrice.

Contribution et interaction des disciplines
En anglais, langue seconde, l’élève développe les compétences Réinvestir sa compréhension des textes et Écrire et produire des textes. Avec le soutien de l’enseignant, il est invité à :

– Visionner deux vidéoclips, soit celui d’un héros historique et celui d’une grande vedette.
– Dégager les différences et les similitudes afin de clarifier ces deux concepts.
– Dresser une liste de personnes dans chacune des catégories : héros et idole.

Ensuite, les élèves sont regroupés en équipes pour :

– Partager les informations recueillies.
– Élaborer une banque d’expressions, de mots et d’images susceptibles d’être réinvestis dans le jeu dramatique ainsi qu’en arts plastiques.

Enfin, l’élève est amené à :

– Explorer les éléments constitutifs d’une biographie et du style narratif en vue d’un réinvestissement dans une courte pièce de théâtre.
– Rédiger une biographie de la personne choisie.
– Explorer le discours rapporté (style direct, style indirect, etc.).
– Écrire une courte pièce de théâtre de langue anglaise présentant des dialogues et des monologues qui seront interprétés en art dramatique.

En art dramatique, l’élève développe les compétences Interpréter des œuvres dramatiques et Apprécier des œuvres dramatiques.

À partir de la pièce créée en classe d’anglais, l’élève s’intéresse à la représentation physique des personnages perçus comme des héros ou des idoles. Il explore plusieurs attitudes physiques pouvant se rapporter au héros ou à l’idole et faisant l’objet de modèles pour ce qui est du jeu dramatique.

Chacune des équipes doit :

– Se constituer en deux chœurs théâtraux.
– Expérimenter différentes manières de représenter, sur la scène, l’idole ou le héros choisi.
– Inventer les mouvements d’ensemble les mieux adaptés à l’un et à l’autre des personnages.
– Déterminer la position des deux groupes d’acteurs et réserver un espace pour la projection d’images médiatiques sur la scène.
– Segmenter le texte dramatique en différentes séquences afin de souligner l’intention de communication de l’œuvre et de permettre une cohésion harmonieuse avec la création des images médiatiques.
– Acheminer le texte subdivisé en séquences aux élèves d’arts plastiques.

Afin d’offrir une interprétation satisfaisante de l’œuvre théâtrale anglo-saxonne, les membres de l’équipe s’intéressent aux expressions et aux mots répertoriés. Ils appuient sur certains, en chuchotent d’autres, etc. Conscients que la force de l’œuvre interdisciplinaire réside dans une orchestration réussie entre le texte, le jeu dramatique et les images médiatiques, les équipes explorent différentes façons d’installer un rythme approprié de répartie entre les deux chœurs théâtraux et les images médiatiques.

Dans le cours d’arts plastiques, les élèves, placés en équipe, sont invités à développer les compétences Créer des images médiatiques et Apprécier des images.

Avec le soutien de l’enseignant, l’élève doit :

– Prendre connaissance des différents personnages abordés et des séquences dramatiques.
– Apprécier des types de projections artistiques variés.
– Explorer plusieurs possibilités de création et s’entendre avec les autres sur les moyens susceptibles d’être exploités.
– S’informer sur les champs d’intérêt des destinataires pour mieux les atteindre.

Lors de la phase d’action productive, l’enseignant d’arts plastiques fait des liens constants avec les enseignants des autres disciplines concernées afin de s’assurer de la cohérence et de la pertinence des actions de ses élèves.

Chacune des équipes est invitée à :

– Faire des expérimentations préalables.
– Répondre aux exigences techniques et aux contraintes liées à l’interdisciplinarité du projet.
– Valider l’efficacité de sa projection, d’abord auprès des élèves de sa classe et de l’enseignant d’arts plastiques, puis auprès des élèves du cours d’art dramatique.
– Apporter les ajustements requis.

Intégration des apprentissages culturels
La présentation de l’œuvre théâtrale permet à l’élève d’amorcer une réflexion sur sa démarche de création. À l’aide des réflexions et des commentaires tirés de son journal de bord, il est invité à :

– S’interroger sur l’évolution de sa compréhension relativement aux repères culturels liés au héros et à l’idole.
– Repérer l’efficacité et la cohérence de la démarche mise en œuvre.
– Évaluer sa contribution dans ce travail effectué en coopération.
– Déterminer les forces de sa réalisation et des défis éventuels pour un projet futur.

Grâce aux repères culturels, les langues et les arts deviennent un lieu de rencontre qui permet à l’élève de constater leur apport spécifique dans ses apprentissages personnels et culturels.

Ressources complémentaires