Carnet de voyage

« Les voyages forment la jeunesse », disait Montaigne. Explorer un ailleurs, c’est aussi se projeter dans le temps. En suivant les traces de la société inca vers 1500, l’élève est appelé à vivre une passionnante aventure. Quelle est la réalité de ces Amérindiens du Sud? Sont-ils si différents des Iroquoiens du Nord? Quels liens entretiennent-ils avec leur territoire? Quelles sont leurs croyances? Pour consigner leurs découvertes, les jeunes tiennent un carnet de voyage qu’ils enrichissent de cartes, de croquis, de photos, de commentaires, etc. Arrivés à bon port, ils auront une meilleure connaissance des sociétés inca et iroquoienne et se seront familiarisés avec un genre littéraire, le récit de voyage, et une forme d’expression, le carnet de voyage.

L’élève s’interroge d’abord sur les sociétés amérindiennes. En existe-t-il d’autres que celle des Iroquoiens? Ont-elles toutes les mêmes modes de vie? Comment organisent-elles leur territoire? Se sont-elles développées différemment? Puis, il fait un retour dans le passé, vers 1500, à la rencontre de la société inca. Pour apprécier son voyage, il se prépare avec soin. Il se questionne, s’informe, fait appel à ses connaissances sur la société iroquoienne afin d’établir une liste de sujets à aborder (caractéristiques du territoire, nombre d’habitants, chefs, structure sociale, habitat, science et technologie, croyances, mode de vie, etc.).

Le jeune examine ensuite les ressources disponibles en classe, à la bibliothèque ou à la maison (sites Internet, livres, atlas, dépliants touristiques, etc.) et recueille des données en consultant en particulier le site Web du RÉCIT de l’univers social, qui offre un portrait complet de la société inca. Il y observe le type de documents utilisés pour s’en inspirer plus tard.

L’élève détermine maintenant la forme que prendra son carnet de voyage (dimensions, support utilisé, etc.), puis structure son information (plan) en veillant à bien faire ressortir les caractéristiques des sociétés inca et iroquoienne, leur organisation sociale et leurs effets sur le territoire.

Il rédige enfin avec soin son carnet, dans lequel il consigne ses découvertes en y intercalant judicieusement commentaires et documents tels que des cartes, des croquis, des dessins, des photographies, des plans et, si nécessaire, une ligne du temps. Ce carnet de voyage peut notamment rendre compte de l’itinéraire suivi ou présenter la transformation de certains objets d’hier à aujourd’hui. Une fois terminés, les carnets du groupe sont présentés à l’ensemble de la classe. Après avoir partagé leurs découvertes, les élèves relèvent les différences observées entre les sociétés inca et iroquoienne, ainsi que certains héritages laissés par ces peuples dans les sociétés québécoise et péruvienne actuelles.

Produire un carnet de voyage permet à chacune ou à chacun de faire état de sa compréhension du monde et d’en reconnaître les changements. Cela lui donne également l’occasion d’établir des liens entre les préoccupations humaines d’un autre temps et celles encore présentes de nos jours.

Une collaboration avec l’enseignante ou l’enseignant d’arts plastiques permettrait d’assurer la production matérielle et la qualité plastique du carnet. Par ailleurs, la rédaction des textes et des commentaires pourrait être avantageusement supervisée dans le cours de français.