Arlequin et la mathématique

Contexte
Dans l’imaginaire de chacun existent plusieurs héros auxquels on peut s’identifier. Les héros fictifs peuvent se transformer au gré des époques et des pays, mais ils demeurent toujours populaires. Ils ont un caractère universel. Au théâtre comme au petit écran, dans les romans et au cinéma, ils nous accompagnent et nous encouragent parfois même à passer à l’action.

 C’est au XVe siècle, en Italie, qu’est apparu Arlequin, un des héros marquants de la commedia dell’arte. Au fil des siècles, ses aventures ont inspiré des auteurs comme Shakespeare, Molière, Goldoni et Marivaux. Dans la commedia dell’arte, on trouve notamment, autour de ce personnage principal, Colombine, Pantalone, le Doctore, Capitan et Brighella.

Le costumier François Barbeau a joué avec les formes et les textures pour concevoir des costumes d’acteurs de la commedia dell’arte. L’utilisation de triangles colorés rappelle fortement le costume du célèbre personnage d’Arlequin. Il n’y a pas que le costume en tant que tel qui est composé de certaines formes géométriques. Ces formes sont présentes aussi à travers la physionomie ou la posture du personnage. Le Doctore a une allure plutôt ronde, tandis que la posture courbée de Pantalone rappelle la forme du demi-cercle.

En observant des constructions architecturales néoclassiques comme le Musée national des beaux-arts du Québec, le musée du Château Dufresne, situé à Montréal, ou le Petit Trianon, faisant partie du Château de Versailles en France, on peut remarquer l’équilibre et la simplicité des lignes où les formes et les volumes géométriques dominent. Sur le plan esthétique, le castel, qui veut dire « petit château » en langue provençale, inspire la forme du castelet utilisée dans le théâtre de marionnette.

Contribution et interaction des disciplines
En jumelant la mathématique et l’art dramatique, l’activité permet à l’élève de développer les compétences Raisonner à l’aide de concepts et de processus mathématiques et Inventer des séquences dramatiques. Dans la conception en équipe d’un personnage et d’un castelet, l’élève imagine des façons personnelles de construire et d’utiliser les figures et les volumes géométriques. Par une improvisation préparée sonore ou verbale et l’utilisation des éléments de la technique théâtrale de la marionnette, il met en œuvre sa pensée créatrice et coopère avec ses pairs.

En mathématique :
– Pour représenter les caractéristiques des différents personnages de la commedia dell’arte, l’élève construit des figures planes telles que le cercle, le losange, le carré, le rectangle et le triangle.
– Il construit des solides pour élaborer un castelet.
– Il dégage des régularités géométriques facilement observables lors de la conception de frises décoratives pour le castelet.
– Il fait appel à des processus qui requièrent des instruments spécifiques : règle, rapporteur d’angles.
– Il se sert de différents outils qui vont du simple papier quadrillé à l’ordinateur.

En art dramatique :
– L’élève exploite les composantes de la compétence Inventer des séquences dramatiques.
– Dans sa courte séquence dramatique, l’élève utilise la marotte qu’il a conçue en mathématique afin d’animer son personnage.
– En contexte d’improvisation préparée, au sein d’une équipe de deux ou trois, l’élève trouve une voix, une démarche et une action qui caractérisent son personnage.
– La séquence dramatique est présentée par une manipulation cachée avec le castelet conçu, lui aussi, à partir de figures et de solides mathématiques.

Intégration des apprentissages culturels
En associant l’art dramatique et la mathématique, l’élève découvre de nouveaux moyens de mettre à profit son imaginaire dans la création d’un environnement où peut évoluer son héros fictif. Il découvre la richesse des formes géométriques simples et les diverses façons de les exploiter pour créer des archétypes de personnages tels Pantalone, le Doctore ou Capitan. Amener l’élève à porter une attention particulière aux caractéristiques esthétiques des personnages de la commedia dell’arte à travers les concepts de géométrie suggère également la pertinence d’établir des liens explicites entre les contextes d’invention de séquences dramatiques, qui font appel à différentes techniques théâtrales (marionnette, jeu clownesque, théâtre d’ombres, etc.), et les disciplines scolaires autres que celles associées au domaine des arts.